Dans la bibliothèque de Bout’Chou – spécial Rentrée des classes

Pour la rentrée 2020, on inaugure un format inédit avec une vidéo qui tremble, un son pas fabuleux, et une présentatrice invisible qui ne relève pas le niveau ! Le format habituel me prend beaucoup de temps et plusieurs livres présentés dans la vidéo sont prévus mais j’avais envie de les montrer pour la rentrée car comme vous le savez, chez nous, c’est une première !

L’école, c’est un grand changement ! C’est aussi l’apprentissage de la différence, et malheureusement celui de l’exclusion et du harcèlement… Pour les livres déjà présentés, vous pouvez cliquer sur le titre dans la liste.

Et vous, quelles sont vos lectures « rentrée des classes » ?

  • Bienvenue! Un livre sur l’inclusion, de Alexandra Penfold et Suzanne Kaufman chez Scholastic
  • L’école fait sa rentrée, de Adam Rex et Christian Robinson chez Little Urban
  • Sur les chemins de l’école, de Anne Loyer et Lili la baleine chez Maison Eliza (à venir)
  • Ycare à l’école, de Elodie Crépel et Fanny Vella chez Ailes et graines
  • Les aventures de Djibril – à l’école, de Makamoussou Traoré et Thakshi Dissnayake chez Miroirs Libres
  • Mina’s first day of school, de Katrina Liu et Anselm Medina (auto édition)
  • Dis Pourquoi ? La Maternelle, chez Mes premières découvertes
  • Un jour tu découvriras, de Jacqueline Woodson et Rafael Lopez chez Scholastic (présenté)
  • The proudest blue, de Ibtihaj Muhammad, S.K. Ali et Hatem Aly chez Little, Brown Books
  • The many colors of Harpreet Singh, de Supriya Kelkar et Alea Marley chez Sterling
  • Danbi leads the school parade, de Anna Kim chez Vinking books
  • Matcha et la forêt d’origamis, de Eglantine Vittu chez Papitou
  • Les gens normaux, de Michaël Escoffier et Laure Monloubou chez Kaléidoscope (présenté)
  • Les rois du parcs, de Joseph Kuefler chez Circonflexe
  • Interdit aux éléphants, de Lisa Mantchev et Taeeun Yoo chez Harmonia Mundi
  • Ça suffit!, de Claudie Stanke et Gilles Barroux chez 400 coups
  • Non, non, c’est non!, de Claudie Stanke et Gilles Barroux chez 400 coups
  • Le garçon invisible, de Trudy Ludwig et Patrice Barton chez D’eux
  • Lila et la corneille, de Gabrielle Grimard chez Scholastic
  • My footprints, de Bao Phi et Basia Tran chez Raintree
  • Je marche avec Vanessa, de Kerascoët chez La Pastèque
  • Thomas et la jupe, de Francesco Pittau chez Ecole des loisirs
  • Le petit garçon qui aimait le rose, de Jeanne Taboni Misérazzi et Raphaëlle Laborde chez Ronds dans l’O
  • Free to be incredible me, de Joelle-Elizabeth Retener et Connor DeHaan chez Storybook Genius
  • Trucs de fille ou de garçon?, de Clémentine du Pontavice chez Ecole des loisirs
  • Les filles/garçons peuvent le faire aussi, de Sophie Gourion et Isabelle Maroger chez Grund jeunesse
  • Jamie is Jamie, de Afsaneh Moradian et Maria Bogade chez Free Spirit Publishing
  • My shadow is pink, de Scott Stuart chez Larrikin House
  • Le crayon magique de Malala, de Malala Yousafzai et Kerascoët chez Gautier Languereau
  • Vingt sous pour un kilo, de Nhung N. Tran-Davies et Josée Bisaillon chez Bayard Canada
  • La tresse, de Laetitia Colombani et Clémence Pollet chez Grasset Jeunesse
  • The oldest student, de Rita Lorraine Hubbard et Oge Mora chez Schwartz & Wade
Cliquez sur les titres ci-dessous pour voir les fiches des livres

Thomas et la jupe

Cette ode au droit à la différence, à la « dégenrisation » des attributs, ici vestimentaires, est un véritable vent frais qui a tout de suite été adopté par Bout’Chou !

Sur le chemin de l’école

Tout est encore possible… un arbre à religieuses, des oiseaux origamis, un passage piéton flottant…

Je marche avec Vanessa

Le récit tout simple d’une bonne action.

The many colors of Harpreet Singh

Harpreet adore ses couleurs, il en a une pour chaque occasion. Il prend grand soin de toujours assortir ses tenues avec son patka.

Bienvenue! Un livre sur l’inclusion

Cet album présente un panel hyper riche dans cette classe. Outre certains aspects festifs ou le quotidien, j’adore particulièrement voir tou·tes ces enfants explorer leurs talents notamment scientifiques.

Boxitects

Meg est la meilleure cartontecte qu’on puisse imaginer et même en entrant dans une école dédiée à la construction, elle reste unique parmi les spaghettitectes, les boitaoeuftectes, ou encore les papierdalutectes.

Lila et la corneille

Si ce n’est pas ses cheveux, c’est sa peau qui est trop foncée… puis ce sera ses yeux… Lila subit jour après jour les moqueries, le harcèlement, le racisme de ses camarades.

Danbi leads the school parade

Une entrée à l’école pas forcément facile, mais qui montre qu’il existe différente façons de parler, d’écrire, de jouer, ou de manger…

Le garçon et la sorcière

Aster est bien différent des autres garçons de sa famille et cela inquiète beaucoup ses parents, sans parler des railleries des cousins et des cousines. Mais Aster est une sorcière !

Un jour tu découvriras

Ce sera peut-être ta couleur de peau, la forme de tes yeux ou de tes cheveux, la consonance de ton nom… Pour d’autres ce sera peut-être leur accent, leur pays d’origine, ce qu’iels mangent préparé par leurs parents…

Quand on était seuls

C’est une histoire qu’on entend trop peu ici, celles des populations natives américaines.

Le petit garçon qui aimait le rose

Les désillusions de Luc font mal au coeur, mais on apprécie son empathie et son courage lorsque le « stéréotype du mâle alpha » qui a passé sa journée à lui faire du mal… A PEUR !

L’école fait sa rentrée

L’école vient juste d’être construite et passe ses journées en tête-à-tête avec le concierge qui prend soin d’elle. Autant dire que l’arrivée d’autant d’enfants est très angoissante et la première journée n’est clairement pas facile…

Free to be incredible me

Lors de son premier jour d’école, Manny a appris quelque chose qu’on ne lui avait jamais dit : il y a des choses que les garçons ne devraient pas faire, comme s’habiller « comme une fille » ou jouer avec des poupées.

Les papas de Violette

« C’est une maladie d’avoir deux papas ? – N’importe quoi, dit Violette.

My footprints

Je veux être le plus gros, le plus fort et le plus effrayant des monstres, comme ça, si les enfants à l’école se moquent de moi parce que j’ai deux mamans, ou me disent de rentrer dans mon pays, ou m’insultent ou m’embêtent parce que je suis une fille, je pourrai les arrêter.

Les gens normaux

Blessée par la remarque de Logan, et grâce à une méthode scientifique sans faille, Zita compte bien découvrir quels sont les enfants normaux de sa classe, parce qu’elle aussi veut être normale.

The proudest blue

Une ode moderne aux nouvelles expériences, au lien indéfectible qui peut exister entre soeurs, et à la fierté d’être soi-même.


Articles similaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s