Dernières réflexions

Portage et appropriation culturelle

Avec la colonisation, clairement, le portage est perçu comme un soin quasi animal qui doit être réservé aux populations perçues comme sauvages. Les Européennes, a fortiori des classes supérieures, doivent marquer leur civilisation et la poussette arrive.

Réflexions dogme BPR et colonialité

Le dogme BPR fait énormément de dégâts chez de nombreuses familles, renseignez-vous... Mais dans sa dénonciation, il est aussi possible d'y apporter un éclairage décolonial, par exemple comme certaines y apportent déjà un regard antivalidiste.

Qui écrit nos histoires ?

L'objectif au bout c'est de changer de paradigme avec du début à la fin de la chaîne d'édition ou de production/réalisation, des personnes qui vont contribuer à la pluralité des voix

STOP – lectures racistes et sexistes

Arrêtez d'écrire, de publier, d'acheter n'importe quoi pour les enfants... Il ne suffit pas de se dire féministe et antiraciste pour l'être... et dire quelques phrases justes par-ci par-là ne rattrape pas l'enrobage problématique autour...

Avez-vous diversifié votre bibliothèque ?

Si on fait un focus sur les personnages racisés, les évolutions sont par voie de conséquence aussi minimes. A cela s'ajoutent deux points d'alerte. Ces statistiques ne tiennent pas comptent ni 1- des stéréotypes et préjugés oppressifs qui pourraient être associés à ces personnages, ni 2- de qui écrit ou illustre ces histoires et personnages...

Dans la bibliothèque de Bout’Chou – Mai 2021 – Mois des héritages asiatiques

Comme l'année dernière, je profite donc de ce mois pour dédier mes publications de la bibliothèque de Bout'Chou aux personnages asiodescendants et ainsi de célébrer à ma façon le mois des héritages asiatiques.

9 pistes pour une parentalité décoloniale 5/5

On ne peut pas être au sommet depuis si longtemps, bénéficier non pas même de privilèges mais bien de pouvoirs devenus systémiques grâce à des générations et des générations d'oppressions, allant de déshumanisation en déshumanisation, sans avoir soi-même, petit à petit, perdu quelques pièces de son humanité et de son empathie.