Quand tu as une famille handicapée des sentiments

Bref, hier soir, un simple câlin en pleurant avec moi aurait été le bienvenu.
Alors j’ai pleuré avec mon fils en lui parlant de sa grand-mère et en lui disant que j’accueillerai toujours tous ses sentiments, qu’il est libre d’être heureux, triste, en colère,… Il me faisait des bisous et des caresses, ce magnifique petit empathique qu’il est. Je l’aime et je lui dis tous les jours. Continuer de lire Quand tu as une famille handicapée des sentiments