Quand on était seuls

  • Auteur·rice : David Alexander Robertson
  • Illustrateur·rice : Julie Flett
  • Edition : Plaines
  • Date de publication : 2018

En aidant sa grand-mère à entretenir son jardin, une fillette remarque chez celle-ci des caractéristiques qui piquent sa curiosité. Pourquoi sa grand-mère porte-t-elle ses longs cheveux en tresses et des vêtements de couleurs vives? Pourquoi parle-t-elle une autre langue et passe-t-elle tant de temps avec sa famille? Ces questions amènent l’ainée à parler des années qu’elle a passées enfant dans un pensionnat autochtone, endroit où tout lui avait été enlevé. Quand on était seuls raconte une période difficile et constitue, finalement, un témoignage de courage et de prise en charge personnelle.

C’est une histoire qu’on entend trop peu ici, celles des populations natives américaines. Notre société continue de les appeler des « Indiens d’Amériques », de se déguiser suivant un imaginaire collectif biaisé et de rejouer leur génocide dans les cours de récréation.

Les descendant·es des Premières Nations subissent aujourd’hui encore de fortes stigmatisations et discriminations dans la continuité de cette histoire trop peu enseignée. Ce sont des peuples massacrés sur leurs propres terres, parqués dans des « réserves », et dont les colons ont voulu effacer la culture, les moeurs, les langues…

Un bijou ownvoice.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :