J’ai foiré mon allaitement part. 1

Et le dire comme ça, c’est bien dire toute la culpabilité que je garde au fond de moi. Je sais rationnellement que ce n’est pas ma faute mais je crois que j’aurai toujours ce pincement au cœur…

Je suis une pro-choix

Clairement quand je suis tombée enceinte je ne savais rien de l’allaitement. Et je me rends compte qu’à l’accouchement non plus. Ce n’est pas tellement quelque chose que les mères partagent. J’ai même l’impression que d’un certain point de vue c’est encore plus tabou que l’accouchement.

Ce que je savais, et pour le coup je n’ai pas changé d’avis, c’est que chacune doit faire comme elle le sent. Il ne doit y avoir injonction ni à l’allaitement ni au biberon. Chaque femme dispose de son corps comme elle l’entend et peut choisir. Sûrement plus simple à dire qu’à faire…

J’ai suivi les cours de préparation à l’accouchement et au retour à la maison proposés par l’hôpital. J’avais trouvé cela plutôt complet et ça s’est majoritairement révélé vrai. J’étais justement contente d’entendre que c’était un choix personnel et que c’était avec une maman épanouie qu’un bébé s’épanouissait.

C’est selon moi tout le sens de ce qu’on peut régulièrement entendre : « Mieux vaut un biberon donné avec amour que le sein donné à contre cœur ». Mais cette expression à première vue rassurante est beaucoup trop utilisée pour qu’une maman se remette des mauvais conseils qu’il lui ont fait foiré son allaitement.

« Il suffit de prendre la bonne position »

Mais moi je n’ai jamais donné le sein à contre cœur. Je n’étais pas sûre durant toute ma grossesse mais quand j’ai vu mon Bout’Chou, ça m’a paru assez évident.

Mais ça n’a pas été facile !! Loin de là… La montée de lait n’a pas été fulgurante, Bout’Chou ne reprenait pas de poids, j’ai dû lui donner des petits biberons à la maternité. Et une fois rentré.e.s, les premières nuits ont été difficiles, les pics de croissance éprouvants. J’ai eu des petites crevasses malgré la lanoline et les bonnes positions validées par les sage-femmes de l’hôpital… J’aurais pu abandonner, c’était facile, mais je me suis battue pour cet allaitement avec le soutien indéfectible de Monsieur Chou présent à quasi chaque tétée, et de Bout’Chou bien sûr !

Et puis on a trouvé notre rythme.

25 grammes par jour

Lorsque j’ai pris rendez-vous au centre municipal de santé pour la visite du premier mois de Bout’Chou, l’assistante médicale s’est affolée du fait que je n’avais pas encore été voir la PMI. J’avais cru comprendre que la visite au bout de 15 jours était facultative et j’avoue que j’avais surtout oublié tant nous étions dans notre bulle.

Nous allons donc à 3 à la PMI pour une visite de contrôle à 3 semaines de vie. Bout’Chou ne devait même pas être né à cette date là. Nous passons l’interrogatoire (oui j’insiste, l’interrogatoire…) avec brio, maman ET papa répondent à toutes les questions : habillage, couchage, vitamines D, allaitement… Bout’Chou impressionne même par sa tonicité. Déjà à la maternité les sage-femmes s’en étonnaient !

Vient l’heure de la pesée et là c’est le drame. Le visage de la puéricultrice de la PMI se ferme. Bout’Chou n’a pas pris de poids. Par rapport à sa sortie : 3,4kg à la naissance ; 3,1kg au retour à la maison ; 3,1kg à 21 jours.

Or, si on s’ en tient à la théorie, un nourrisson en bonne santé prend 25g par jour, soit 21j x 25g = 525g. Bout’Chou aurait dû peser 3,6kg. À peu de choses près, parce que ce n’est pas une science exacte, c’est une moyenne, mais seulement quand ça les arrange…

L’interrogatoire reprend sur l’allaitement :

Combien de fois ? Combien de temps ? Mais vous êtes sur qu’il prend bien ? Combien de fois vous m’avez dit ? Il prend bien pendant au moins 20 minutes ? Vous donnez le 2ème sein ? Vous pouvez lui donner les deux seins s’il demande. C’est lui qui se retire ou c’est vous qui arrêtez ? Il s’endort ? Et la nuit, c’est bien à volonté ? Vous le réveillez la nuit ? Faut le réveiller pour qu’il mange. Toutes les 4h/5h ce n’est pas suffisant vu son poids. Dans quelles positions vous allaitez ? Vous êtes sûre qu’il prend bien ? C’est à volonté à son âge et il doit rester minimum 20 minutes !

Moi *sonnée*

Environ 6 à 8 fois par jour. Ça dépend mais il reste bien 20 minutes en moyenne. Il a l’air de bien prendre, vous n’arrêtiez pas de dire qu’il est en forme, hyper tonique. Oui en moyenne, des fois il reste moins des fois il reste plus. Quand il demande le 2ème sein oui mais ce n’est pas tout le temps. Il se retire de lui même quand il a fini et il lâche quand il s’endort. Oui la nuit aussi a volonté mais il dort 4 à 5h d’affiler. Non je ne le réveille pas, il dort ! Mais comment ça le réveiller ? Il prend bien à chaque réveil, pourquoi j’irai casser son rythme ? Euh le plus souvent assise avec lui dans mes bras. Je suis sûre de rien, mais il prend et ne nous a jamais inquieté.e.s. Vous disiez vous même qu’il avait l’air en pleine forme, hyper tonique pour son âge ?!

Bon, vous savez ce qu’on va faire ? Vous allez introduire un biberon et on va voir ce que ça donne s’il prend bien.

A suivre…

4 réflexions sur “J’ai foiré mon allaitement part. 1

  1. On m’a aussi conseillé de réveiller mon grand pour qu’il tète plus (à la maternité). Le séjour à la maternité a été un enfer de ce point de vue, il n’arrivait pas à prendre le sein, personne ne savait trop pourquoi, on le réveillait pour téter il s’endormait sur le sein, j’avais vraiment l’impression d’être violente avec lui… J’ai lâché l’affaire, j’ai loué un tire-lait et il n’a jamais pris le sein…

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour;
    Je suis infirmière en Néonatologie depuis 2012 et mon métier est notemment d’accompagner les mamans au court de leur allaitement… et croyez moi cela n’est pas facile et n’est pas toujours une partie de plaisir.

    Nous nous occupons d’enfant né prématurément, ce qui induit des montées de lait tardive car: naissance avant terme, maman pas bien, fatiguée, parfois en réanimation, ou ayant eu une césarienne et ne pouvant pas être auprès de son enfant…
    L’accompagnement pour l’allaitement est un combat de tous les jours, et parfois nous sommes autant démunis que les mamans (et papa)… alors on essaye plein de solutions, on (se) pose plein de question pour pouvoir comprendre et adapté la prise en charge pour allaitement optimum.
    C’est vrai un bébé doit prendre 25g par jour environ, la question est pourquoi? Pour son développement, et principalement son développement cérébral. Donc effectivement un bébé qui en 21 jours ne prends pas de poids, c’est très problématique… donc il faut trouver des solutions, et il y en a mille mais qui son souvent très très très très contraignante et qui bien souvent ne sont pas THE solution. Et encore je ne parle pas des problèmes de reflux où bien souvent l’allaitement et remis en cause, avec arrêt de consommation de produit laitier pour maman, de légume crus et autre joyeuseté…

    Pourquoi l’allaitement pose problème dans les pays occidentaux alors que dans les pays en voies de développement la question ne se pose pas?
    Le passage de relais!! L’apprentissage par ses congénères… et oui nos mères ne nous parle pas d’allaitement, nous ne parlons pas d’allaitement à nos enfants, ou même à nos copines (sauf quand on travail dans le milieu, et encore…). Demandez à n’importe qu’elle petite fille, en France, comment on nourrit un bébé elle vous dira (à 95%) au biberon. J’ai vu des petites filles de 3 ans,à Mayotte, qui joué à donner le sein à leur bébé en plastique, et là bas l’allaitement c’est simple.

    Je suis entrain developper un accompagnement à la parentalité sur Toulon (Mimi Toulon), pour aider les parents les premiers mois de vie de l’enfant, ou les préparer à l’arrivé de bébé, notamment autour de l’allaitement, mais pas que.
    La plus part des parents ont l’impression que ce n’est pas nécessaire… mais ce ne pas nécessaire, c’est essentiel!!!

    Si j’ai un conseil à donné aux mamans qui allaitent c’est se faire confiance, écouter son corps et son bébé, être convaincu de l’allaitement jusqu’au bout des cheveux dés la grossesse et apprendre à sa fille qu’un bébé ça se nourrit aux seins.

    J'aime

    1. Merci pour ce retour !
      Je suis totalement consciente que tou.te.s les professionnel.le.s ne sont pas comme la puéricultrice qui m’a accompagnée, et heureusement. Je n’ai pas eu la chance d’être bien accompagnée, mais mon fils a été surveillé de près. Par exemple, une de mes meilleures amies, infirmière aux urgences pédiatriques et pro-allaitement, l’avait vu, examiné et elle ne comprenait pas du tout les retours de la puer. Il y a les chiffres et il y a la réalité. Elle voulait même que je ne suive pas ses conseils… J’ai appris plus tard avec la sage-femme qui m’a suivie qu’elle avait eu beaucoup de plaintes concernant cette PMI…
      Il y a une vraie défiance de l’allaitement je suis d’accord, et je ne m’y connais pas assez pour faire un parallèle avec d’autres pays. Mais quand je vois toutes les mam’allaitantes françaises, je vois beaucoup de leurs enfants mimer l’allaitement en jouant. Pour compléter tes idées, je pense qu’un garçon aussi doit savoir qu’un bébé peut se nourrir au sein, même si ce n’est pas le sien. C’est aussi le rôle du futur potentiel papa qu’il sera que de soutenir l’allaitement de sa future potentielle femme 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s