Tu veux savoir ce qu’est le racisme ?

Et bien si tu n’es pas concerné·e, tu ne peux pas, et crois-moi, tant mieux ! Tu ne peux pas l’expérimenter pour tout d’un coup comprendre ce que c’est que de le vivre.

petits points de définition

Le racisme n’est pas un choix éclairé qui serait personnel. Ce n’est pas les gentils contre les méchants… Transmettre cela annihile toute réflexion sur la construction du racisme comme système de domination et ses mécaniques encore à l’œuvre aujourd’hui.

Le racisme n’est pas la somme de toutes les personnes racistes, bêtes, lâches, de mauvaise foi ; ce flic qui décide que cette vie vaut moins qu’une autre ; cet explorateur qui extermine toute une population pour s’accaparer ses richesses ; cette élue qui s’indigne de devoir s’excuser pour le passé colonial alors qu’elle demande aux musulman·es de dénoncer les terroristes islamistes….

Le racisme est un système qui met en jeu des structures de dominations construites socialement et historiquement. Les mécanismes du racisme comme système peuvent être une différence de traitement fondée sur un critère arbitraire ou une généralisation et des amalgames. Ce qui constitue le racisme sont ses conséquences déshumanisantes, réductrices, fausses pour les personnes qui en sont la cible. [définition complète à retrouver sur http://feminasie.fr/index.php/glossaire/]

Expérimenter le racisme

1968 – Jane Elliott

Militante antiraciste blanche, Jane Elliott est institutrice. En 1968, au lendemain de l’assassinat de Martin Luther King Jr, elle cherche une solution pour faire comprendre le racisme à sa classe. Elle décide de mener une expérience : reproduire un microcosme raciste fondé, non pas sur la couleur de peau, mais sur la couleur des yeux. Très rapidement, un système de domination s’installe. Cela a profondément touché les élèves qui semblent en avoir gardé de nombreuses leçons sur le traitement des minorités… en ayant expérimenté le racisme une journée… Pour en savoir plus : https://janeelliott.com/

2016 – Annie leblanc

Tu crois que c’est une autre époque ? que les expériences sociologiques sur des humain·es – a fortiori des enfants – sont interdites ? que ça a permis d’avoir un groupe de 30 enfants blancs antiracistes ? que notre regard sur le développement du cerveau des enfants a évolué grâce aux neurosciences ? Le documentaire ci-dessous a été posté en 2016. Une maîtresse blanche dans une classe blanche. Base de l’expérience : tu fais moins d’1m34, tu es moins intelligent que celleux qui font plus d’1m34… Ames sensibles s’abstenir.

2020 – Isabelle filliozat

S’il faut le dire, je suis beaucoup les travaux d’Isabelle Filliozat. Les neurosciences sont pour moi une grande avancée dans la compréhension, notamment, du développement du cerveau. Alors quand j’ai vu son post, je suis vraiment tombée des nues. J’ai commencé par être plutôt intéressée car tous les posts lus jusqu’à présent étaient plutôt colorblind, genre « all lives matter », et que pour le coup, elle semblait voir quelques couleurs, en tout cas celles des grands noms des luttes antiracistes aux Etats-Unis.

Dans son post, Isabelle Filliozat préconise de faire vivre l’expérience de Jane Elliott à des enfants (n’en sont pas exclus les racisés) pour qu’iels aient un aperçu de ce que c’est que de vivre le racisme. Le traumatisme et l’hyper violence de l’expérimentation permettent au final pouvoir dire « je l’ai vécu pendant 24h, je sais ce que tu ressens ». Alors que c’est complètement impossible !

Et si on faisait le parallèle avec les VEO, que dirait la parentalité bienveillante positive blanche d’instagram ? Apprenez-vous à un enfant à ne pas frapper les autres en lui donnant quelques baffes de temps en temps, histoire qu’il comprenne que c’est humiliant et que ça fait mal ? Le racisme ce n’est pas qu’une question d’empathie. Le racisme détruit de manière insidieuse ton âme d’enfant quand tu comprends pour la première fois que tu n’es pas pareil que les autres et que tu ne seras jamais la norme.

Il faut imaginer à quel point le racisme, son poids et ses conséquences sont minimisés par des psychothérapeutes blanc·hes, même les plus modernes, pour oser préconiser une telle violence !

campagne de sensibilisation stopveo.org

Ne reproduisez pas cette expérience

Cette expérience est cruelle et je ne comprends même pas qu’une personne comme Isabelle Filliozat puisse la « préconiser ».

Le vécu du racisme n’est pas un jeu, quelque chose à expérimenter sur une journée. Les enfants ressortent dans un état horrible et traumatisés. Et qu’en est-il des enfants racisés ? qui vivent ces discriminations et ce racisme au quotidien ? qui ne peuvent pas enlever leur déguisement de jeu de rôles à la fin de l’exercice ? C’est encore double peine !

En tant que personne racisée, vivant le racisme depuis ma plus jeune enfance, je ne souhaite à personne de le vivre. Vous ne savez pas ce que c’est, vous ne saurez jamais, dites vous que c’est tant mieux ! Profitez de ce privilège pour agir autrement. Depuis 1968, il n’y aurait donc aucune autre solution que la violence pour soit-disant transmettre la non-violence ?

Nos enfants méritent mieux que des expériences sociologiques traumatisantes, violentes et cruelles pour déconstruire le racisme et devenir anti-racistes. S’il vous plait, ne reproduisez pas cette expérience. Plutôt que de vouloir éduquer nos enfants, éduquez-vous, vos enfants suivront.


4 commentaires sur “Tu veux savoir ce qu’est le racisme ?

  1. Je suis blanche, donc je n’avais pas pensé à l’effet sur les enfants racisés à la fin du jeu. Je te remercie pour cet éclairage.
    Par contre je connais bien le jeu de rôle et ces effets profonds. Oui cela peut transformer et on peut en tirer du positif, mais ça demande tellement d’encadrement. J’ai donc été surtout choquée qu’on puisse suggérer une expérience qui peut (qui va !) dériver dans une violence forte à des instits non formés et qu’elle conseille aux parents de regarder les documentaires pour se former. Il y a tellement de ressources disponibles aujourd’hui que je ne sais pas si c’est de la fainéantise ou de la bêtise.

    J'aime

    1. Jane Elliott est une militante antiraciste qui travaille sur ce sujet depuis plus de 50 ans et uniquement sur des blanc•hes… On ne peut pas juste dire faites comme elle, sans imaginer les répercussions sur des enfants (dans des écoles aujourd’hui majoritairement mixtes) qui feront une expérimentation avec des profs et des parents non formé•es, non accompagné•es et non déconstruit•es…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s