Tu vas en faire un pédé !

Et oui, avec cette violence là… Certain.e.s sont plus subtiles : « Faut en faire un vrai petit mec ! ». Mais le fond reste le même, il faut fabriquer des enfants hétérosexuels…

Rose et sentiments, des trucs de tapettes

Oh non, fais pas ça, il a déjà les cheveux longs, tu vas pas lui mettre du rose en plus, il va se faire moquer à l’école, tu ne te rends pas compte !

Non je ne me rends pas compte, parce que Bout’Chou est loin de l’école, même si ça arrive très vite. Mais t’inquiète les moqueries à l’école je connais bien et en vrai, tu pourras faire tout ce que tu veux, tu ne pourras pas l’éviter.

Aujourd’hui, Bout’Chou est encore dans ce cocon de bébé, chez sa nounou, dans lequel j’ai le temps et l’espace de construire, déconstruire, reconstruire tous les possibles pour mon enfant. Sa normalité n’est pas altérée par la norme sociétale qui entend le mettre dans des cases, lui imposer les codes de ces cases et lui interdire ceux des autres cases.

Plus tard il devra composer avec bien évidemment, je serai là pour l’accompagner, mais je plante aujourd’hui les graines bio d’un enfant qui grandira dans un environnement de pesticides. La métaphore est dingue, je ne sais même pas si elle est vraiment juste haha ! Ce que je veux c’est lui offrir la possibilité de choisir et s’assumer ses choix, quels qu’ils soient.

Moi, je pourrais pleurer à chaque fois que j’entends pleurer un enfant à qui on dit « les garçons ça ne pleure pas », « bah non, c’est pour les filles, t’es un p’tit mec toi »… Il est hors de question que mon fils y croit. Même si on lui dit, même s’il accepte cela rien qu’un temps, il saura au fond de lui.

Bout’Chou, son pote et sa chérie

Pourquoi lorsque mon fils joue avec un garçon ou lui fait un câlin, c’est son pote ? Alors que lorsqu’il s’agit d’une fille, c’est son amoureuse ?

Pourquoi lorsque mon fils sourit à un homme, c’est un enfant mignon ? Alors que lorsqu’il sourit à une femme, c’est un charmeur qui fera des ravages plus tard ?

Quel est ce besoin de projeter nos vies d’adultes sur ces enfants qui n’ont rien demandé d’autres qu’être des enfants ?

Faire son coming out

Quand je check mes privilèges, être hétérosexuelle est sur ma liste. Rien que l’expression « faire son coming out » veut bien dire ce que ça veut dire : la personne sort de la normalité et doit expliquer et justifier de sa sexualité.

Je m’imagine à chaque fois qu’on m’a parlé de mon mari, dire qu’en fait c’est une femme

Et ce n’est pas une fois avec sa famille, non c’est tous les jours à chaque fois qu’il est question de sa vie personnelle et qu’on lui parle de son compagnon ou sa compagne supposé.e…

J’espère juste que mon fils aura suffisamment confiance en moi pour venir me parler de tout ce qu’il voudra notamment sur ce sujet. L’éducation qu’il reçoit n’influencera pas son orientation sexuelle, elle lui permettra juste d’avoir au moins un endroit sûr où l’exprimer.

6 réflexions sur “Tu vas en faire un pédé !

  1. Comme souvent, je suis mille fois d’accord avec toi !
    Mon grand répète parfois que « ça c’est pour les filles », alors à chaque fois je lui redis que non, c’est pur ceux qui veulent… mais je vois bien qu’il est gêné par les discours contraires qu’il entend à l’école.

    Aimé par 1 personne

    1. J’avoue que j’ai peur de l’école dans le sens où j’aurai moins d’influence mais c’est aussi ça grandir… Je pense qu’il aura une période pendant laquelle il voudra être et faire comme tout le monde. On est tou.te.s passé.e.s par là. Mais qu’il saura et apprendra à s’assumer et à être tel qu’il est grâce à tout ce que j’aurai pu lui apprendre. Je suis en train de lire le livre d’Aurélia Blanc, peut-être d’autres pistes plus concrètes que ce que j’imagine. Force à nous !

      Aimé par 1 personne

      1. Je le ressentais déjà un peu à la maternelle (même si certaines remarques qu’il faisait auraient aussi pu lui être soufflées par ma belle-mère), mais maintenant au CP c’est vraiment marqué, mon grand veut se fondre dans la masse. J’essaie de répondre à chaque fois que je détecte un truc sexiste dans ce qu’il rapporte de l’école, mais je n’insiste pas non plus pour qu’il se démarque des autres – je sais bien ce que c’est qu’être mis à l’écart à cet âge. J’espère juste lui donner assez de force pour qu’il ne se laisse pas amener à agir contre lui-même.

        J'aime

      2. Peut-être faut-il qu’il expérimente d’agir contre lui-même pour se rendre compte à quel point c’est important de ne pas le faire justement et d’être soi, d’agir en fonction de se qu’on croit vraiment. Mais ils sont encore petits, ils ont le temps. Et bien accompagnés, on ne peut qu’espérer qu’ils y arrivent !

        Aimé par 1 personne

  2. Hâte de voir ton poste après la lecture de Aurelia Blanc, je ne l’ai pas encore lu. Ton article est top et encore une fois merci pour le partage. ET oui, il faut avoir peur de l’école, c’est carrément là qu’ils vont être en contact avec le sexisme de tout les jours! Mais comme tu dis, force à nous!

    J'aime

    1. Merci !! La lecture est en cours mais avec la fin d’année j’ai peu de temps. Ça avance moins vite que je ne voudrais.
      Il subit déjà le sexisme si on veut être juste… Comme tou.te.s les enfant.e.s… La différence avec l’école c’est que je ne serai pas là pour l’en protéger ! Mais je crois qu’il faut aussi leur faire confiance et continuer à parler, mettre des mots, deconstruire… Pfiouuu ça aurait été plus facile d’accepter le patriarcat ! Haha

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s