Carnet de confinement, ou pas

Il y a peu j’ai posté sur mes réseaux une vidéo de Bout’Chou à qui je demandais comment il se sentait. Il m’a d’abord demandé comment moi je me sentais (oui c’est chou, pas du tout le genre de personne énervante qui répond à une question par une question…). Puis il m’a répondu que lui, se sentait en bonne santé, et ça m’a fait un bien fou !

Souvenir de pure sérénité… Suède 2019

Une explosion de sentiments

Dans la situation actuelle, je ressens…

  • De l’inquiétude : il n’est pas vraiment possible de dire qu’on est serein·e·s et qu’on ne crise pas… Je ne suis pas sortie depuis 7 jours non stop. Je suis allée fermée le bureau le lundi 16. J’ai donné mon sang le mercredi 18. Et depuis, même pour les quelques courses, c’est Monsieur Chou qui s’y est collé.
    J’essaie de me détacher des infos, des chiffres qui tournent en boucle… Je me concentre sur mon travail tout en voyant qu’on ne peut pas correctement nous occuper de notre fils toute la semaine. Quelles sont les conséquences traumatiques sur un enfant de 3 ans qui connait déjà des mots comme « confinement » ou « coronavirus » ? Même s’il ne semble pas inquiet pour lui-même, Bout’Chou ressent l’inquiétude ambiante et dort difficilement seul. On fait au mieux pour remplir notre réservoir mais qui remplit le notre ? Nous n’avons que peu d’espace pour chacun·e·s, et je suis plutôt une solitaire…

  • De la colère : beaucoup de colère face à ces injustices, face aux blagues continuelles sur le physique des femmes post confinement, face à la grossophobie ambiante des gens qui ont plus peur de prendre 3kg que de mourir du virus, face à ces privilégiés qui ne font qu’abuser un peu plus de leur privilèges, face aux inégalités qui se creusent, face aux situations de ces femmes et enfants plus en sécurité avec un virus mortel qu’à la maison, face à la nouvelle excuse offerte aux flics d’abuser de leur pouvoir dans les quartiers, face au traitement médiatique entre les indisciplinés et les résistants, face à ce racisme notamment anti asiatique qui reste impuni, face au manque de moyens ici et dans le monde…

Mais je ressens aussi beaucoup de reconnaissance…

Check tes privilèges

Bien que cela n’invalide aucun de mes sentiments, je me concentre sur mes privilèges. Je suis en famille, nous ne manquons de rien, nous avons un toit où se confiner avec plusieurs pièces et même un petit balcon pour prendre l’air, nous pouvons continuer à travailler sans être exposé·e·s, nous avons de quoi nous évader avec des souvenirs, des livres, des films…

A tout·e·s celleux qui sont en premières lignes, aux soignant·e·s, aux agent·e·s de magasins de premières nécessités, aux transporteur·rice·s, aux éboueur·euse·s, aux ouvrier·e·s des usines, aux conducteur·rice·s de transports publics, aux policier·e·s, aux employé·e·s qui maintiennent eau / gaz / électricité / internet, aux ouvrier·e·s du bâtiment, aux agent·e·s d’entretien, aux agent·e·s de restauration, aux employé·e·s des marques qui ont réorganisé leur production pour faire des masques et du gel hydroalcoolique… Coeur sur vous !

A tou·te·s, plein d’énergie et de courage

Quelques outils pour les parents

Enfin, pour tenter d’aider à ma manière, j’ai commencé à vous proposer des jeux et ressources que j’ai fait pour Bout’Chou. Il y a plein d’autres sites à aller voir avant de venir ici mais en période de confinement, il va falloir redoubler d’ingéniosité !


3 commentaires sur “Carnet de confinement, ou pas

  1. Heureusement que je ne suis pas trop sur les réseaux sociaux… Je n’ai pas eu à supporter de lire des commentaires nauséabonds sur le physique des femmes post-confinement. Ça a l’air d’être quelque chose ! Vous avez des exemples/sources pour que je puisse constater de moi-même ?

    En tout cas, bravo pour cet article ! Je pense que des parents le trouveront utile. ☺️

    J'aime

    1. Merci, j’espère 😊
      Je ne garde pas vraiment d’exemples mais des textes demandent à quoi vont ressembler les femmes sans coiffeur, sans estheticienne, sans pouvoir acheter du maquillage… Ou des vidéos montrent avant / après avec des poils de fou sur les jambes et donc étant beaucoup moins désirables auprès de leur compagnon… Sur la grossophobie, Gaelle Prudencio a écrit et Corps cools prepare un article avec des exemples avant / après…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s