un women féminisme plurielles

Le féminisme, des féministes

Et si on admettait une fois pour toute qu’il n’existe pas un féminisme universel qui définit toutes et tous les féministes ? Le féminisme recouvre une pluralité d’opinions et de combats à mener pour l’égalité des sexes et des genres. Les priorités des un.e.s et des autres ne sont peut-être pas les vôtres, ni les miennes, mais comme tout le monde ne peut pas se battre sur tous les fronts, tant mieux !

Un constat : la dévalorisation des femmes

Sociale, économique, politique, historique, médiatique, il existe une dévalorisation des femmes. C’est un constat ressenti mais également objectivé. Pour ne prendre que quelques exemples, en France, 72% des tâches domestiques sont réalisées par des femmes. 70% des étudiant.e.s en lettres et sciences humaines sont des femmes, contre 37% des étudiant.e.s en sciences et STAPS. L’écart de salaire entre les femmes et les hommes est de près de 19% en faveur des hommes. Une femme décède tous les 3 jours, victime de son conjoint.

un-women-campain-feminism
La série de publicités créé pour ONU Femmes par Memac Ogilvy & Mather Dubaï

Il y a donc un problème. Nous sommes d’accord jusque-là. Mais c’est à peu près tout pour le consensus. Les raisons de cette dévalorisation et surtout les moyens pour lutter contre forment alors autant de déclinaisons du féminisme qu’il y a de féministes. Le féminisme s’attaque aujourd’hui à tous les sujets, éducation, emploi, précarité, sexualité, religion, politique, culture, sports, santé, violence… Difficile alors de trouver consensus sur l’intégralité de ces domaines, et je ne pense pas que ce soit un objectif. Il ne faut pas non plus oublier les questions d’intersectionnalité qui rajoutent à la complexité du sujet.

« Il y a pire que… »

Du fait de tous les champs possibles auxquels le féminisme peut s’attaquer, certains combats féministes peuvent alors paraître plus anecdotiques que d’autres. Pourtant, ce jugement de valeur est de nouveau une marque de dévalorisation de ce que certaines femmes peuvent vivre.

Rabaisser voire nier le vécu et le ressenti des femmes sous prétexte qu’il y a pire, ce n’est rien d’autre que du sexisme. Rappelons d’ailleurs que nombre de combats féministes, petits et grands, ne concernent pas uniquement les femmes, mais ont eu et ont encore un véritable impact positif notamment sur les enfants, les familles ou encore les hommes.

Choisir ses combats, ne pas entraver ceux des autres

Alors choisissez vos combats. Luttez contre les formes d’inégalité qui vous semblent prioritaires. Agissez pour l’amélioration en faveur de l’égalité femmes-hommes. Mais ne dévalorisez pas les combats des autres. Si vous n’y croyez pas, si vous ne les soutenez pas, ne les décriez pas. Profitez-en pour vous concentrer sur les vôtres.

feminisme-intersectionnalite-by-soirart

Les féministes ont déjà bien assez de détracteur.euse.s pour ne pas avoir en plus d’autres féministes contre elles. Il ne s’agit pas là de lisser des divergences de fonds, certaines sont je pense insurmontables. Elles font d’ailleurs la richesse du débat du féminisme pluri’elles.

Une réflexion sur “Le féminisme, des féministes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s