Te souviens-tu de Wei ?

  • Auteur·rice : Gwenaëlle Abolivier
  • Illustrateur·rice : Zaü
  • Edition : HongFei
  • Date de publication : 2016

Cette fiction documentaire raconte l’histoire de Wei, un travailleur chinois venu en France, comme 140000 autres, prendre part à l’effort de guerre entre 1916 et 1918. Tandis que plus de 20000 mourront, quelques milliers s’installeront à Paris ou en province pour une vie qu’ils n’avaient pas imaginée. Ils formèrent la première immigration chinoise en France. Un album publié à l’occasion du centenaire de cet épisode très méconnu, pour renouer le fil de notre histoire et consolider notre mémoire.

La première partie de l’album raconte l’histoire de Wei, un jeune Chinois de 20 ans, paysan pauvre, qui débarque en France au printemps 1916, « les poches vides mais les rêves plein la tête ». Il pensait quitter sa campagne chinoise, passer 3 mois au fond d’une cale de bateau, travailler dur pour devenir riche et revenir auprès de sa terre natale.

Mais en 1916, la France n’est que « bruits d’obus et odeurs de poudre ». Wei va travailler en tant que « docker, ouvrier, fossoyeur »; il va creuser des tranchées ou récupérer les corps morts des soldats. C’est que malgré sa fourberie, il est fort Wei, « sobre, robuste, endurant et docile » dira le Capitaine Lapomarède dans un de ses rapports au Ministre de la Guerre…

La seconde partie est composée de 3 double-pages documentaires. La France n’a évidemment pas remplie ses obligations envers ces travailleurs chinois et outre les conditions de travail, n’a jamais regroupé, ni même recensé les dépouilles. Les autorités britanniques, elles, ont mis en oeuvre une politique d’inhumation permettant de recenser environ 1800 travailleurs chinois dans 17 cimetières dont le plus important est le cimetière de Nolette en baie de Somme, encore entretenu aujourd’hui par le Commonwealth.

Ce livre difficile raconte la première vague d’immigration chinoise en France. Je ne l’ai pas encore lu à Bout’Chou, quand il commencera à aborder la guerre surement… Ce n’est pas directement notre histoire, mais c’est celle de nombreux Asiatiques de France. C’est une histoire qui a longtemps été mise sous silence comme de nombreuses autres du passé colonial de la France, un passé qu’il est nécessaire de connaitre pour comprendre ce qui se joue aujourd’hui dans notre société post-coloniale, à l’image de ces stéréotypes sur la main d’oeuvre chinoise qui n’ont pas évolué…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :