It began with a page

  • Auteurice : Kyo Maclear
  • Illustrateurice : Julie Morstad
  • Edition : Harper Collins
  • Date de publication : 2019

Growing up in California, Gyo Fujikawa always knew that she wanted to be an artist. She was raised among strong women, including her mother and teachers, who encouraged her to fight for what she believed in.

Depuis qu’elle est petite fille, Gyo [ji-o] Fujikawa dessine. Elle nait en Californie après l’émigration de ses parents. Sa mère est poète et activiste. Son père travaille dans des champs de raisins. Elle a un petit frère de deux ans de moins qu’elle. A l’école, Gyo se sent totalement invisible, jusqu’à ce que deux professeures reconnaissent son talent et lui permettent d’entrer dans une école d’art, un lieu non seulement masculin mais blanc, nous sommes aux Etats-Unis d’Amérique en 1926.

L’année qui suit ses études, elle va au Japon pour lier son art à son héritage et puiser dans les techniques japonaises. De retour aux EUA, elle donne des cours du soir dans son école et travaille comme artiste peintre la journée. En 1940, elle est employée par Disney pour travailler sur Fantasia.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale touche directement les EUA avec l’attaque de Pearl Harbor, Roosevelt signe l’Executive Order 9066 qui envoie notamment les Japonais, ayant la nationalité EUA ou non, vivant sur la côté ouest, dans des camps d’internement. La famille de Gyo perd tout et reste enfermée jusqu’à la fin des camps. Gyo, habitant alors sur la côté est, échappe aux camps.

Elle perdra le goût du dessin, mais y reviendra finalement pour coucher sur le papier ses inquiétudes. C’était un échappatoire à la colère des personnes qui la percevait comme une ennemie de l’intérieur. Elle continuera à travailler aussi pour économiser car elle sait que sa famille aura besoin de cet argent…

C’est finalement en 1963 que sera publié Babies, son premier livre pour enfants et un des premiers livres à montrer une représentation multiculturelle des enfants (très loin du Dr Seuss…). L’éditeur n’a évidemment pas de suite accepté, mais Gyo a défendu son projet en repensant à toutes les années où elle s’était sentie invisible. En vingt ans, Gyo publira une cinquainte de livres pour enfants.

Although I have never had children of my own, and cannot say I had a particularly marvelous childhood, perhaps I can say I am still like a child myself. Part of me, I guess, never grew up.

Gyo Fujikawa

Sous la plume de Kyo Maclear, et les illustrations douces de Julie Morstad évidemment inspirées de Gyo Fujikawa, cet album est un must-have !! Gyo Fujikawa était une artiste, une pionnière, une casseuse de codes, une tante, une amoureuse des chiens, une autrice illustratrice de talent… D’une page blanche, elle a contribué à paver le chemin des réflexions sur les représentations qui comptent…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :